Un blog pour rendre hommage à tous les poilus de la Vienne

Publié le 08 novembre 2013 à 11h32, mis à jour le 12 novembre 2013 à 09h57
desh.jpg
© Archives départementales de la Vienne
Christine Hinckel

A 35 ans, le Poitevin Frédéric Coussay est passionné par la Grande Guerre. Il a créé un blog destiné à honorer la mémoire de tous les soldats de la Vienne morts sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale: "Mémoire des Poilus de la Vienne".

Retrouver la trace et laisser un témoignage sur chacun des 11 500 habitants de la Vienne tués pendant cette gigantesque boucherie qu'a été la guerre de 14/18, le travail semble gigantesque et fastidieux mais il ne rebute pas ce trentenaire passionné d'histoire et de généalogie, informaticien à la mairie de Poitiers.
A partir d'août 2014 (la France est entrée en guerre le 1er août 1914), Fred Coussay va publier sur son blog, cent ans jour pour jour après leur décès, un article sur chaque poilu originaire de la Vienne "mort pour la France", en moyenne 7 à 8 par jour, (ils sont beaucoup plus bien entendu au moment des grandes batailles). Parfois, il ne s'agira que de la simple publication du certificat de décès militaire, parfois il fera un zoom sur certains d'entre-eux ou sur certaines familles, des fratries entières sont tombées au combat par exemple pendant les quatre ans de guerre.

1916_raynal_louis_0.jpg
| Le certificat de décès militaire d'un soldat originaire de Poitiers, décédé à Verdun en 1916.



Fred Coussay a commencé les recherches pour mener à bien ce recensement il y a deux ans maintenant et a lancé son blog dédié à la guerre 14/18 depuis un an. Il y publie régulièrement des articles généraux sur le conflit ou sur les régiments du département. Il a également entrepris de rassembler les documents présents sur le net.
Pour mener à bien son travail de recherche concernant les soldats de la Vienne, Fred Coussay utilise deux sources: le site du ministère de la Défense : Mémoire des Hommes  et les Archives Départementales de la Vienne. Un travail qui nécessite beaucoup de méthode, de patience et qui occupe tout son temps libre.


Poitiers, ville de garnison

Au fur et à mesure de l'avancement de ses travaux, il entreprend également une étude statistique. Au vu des 3000 premiers décès recensés, on constate que comme ailleurs, l'année 1914 a été la plus meurtrière, même si elle n'a compté que cinq mois de combats. De très nombreux soldats de la Vienne sont morts sur le front en Belgique, à Ypres par exemple, en Meurthe-et-Moselle pour le régiment venu de Châtellerault mais aussi au cours des grandes batailles comme Verdun ou Douaumont.
La Vienne était alors un département de garnison comptant plusieurs régiments d'infanterie à la veille du conflit: le 125ème et le 33ème Régiment d'Infanterie à Poitiers et le 32ème Régiment d'infanterie à Châtellerault. Ils seront renforcés par la création de deux autres régiments au cours de la guerre et certains habitants des communes de l'est de la Vienne ont été mobilisés au Blanc, dans l'Indre.
33eme_rac.jpg
© Archives départementales de la Vienne | A Poitiers, la caserne Abboville a accueilli l'école militaire d'Artillerie

"Proportionnellement au nombre d'habitants, plusieurs communes ont payé un lourd tribut. Je pense notamment à Adriers, Availles-Limouzine, Archigny, Champagné-Saint-Hilaire, Chaunay, Vendeuvre du poitou... et le recensement n'est pas fini" nous confie Fred Coussay dans une interview. 

"Certains aiment le foot, moi c'est la Grande Guerre"

La publication de ces recherches va correspondre à la commémoration du centenaire de la Grande Guerre. "Il me semble indispensable de ne pas oublier cette tragédie et tous ces soldats". "Je suis fan d'histoire en général, mais la Grande Guerre m'intéresse particulièrement. Cette guerre a révolutionné énormément de choses et on peut l'aborder sous de nombreux aspects : médical (car de nombreux progrès on était faits "grâce" à cette tuerie), technologique, industriel, familial, etc...".
Pour expliquer comment est né cet intérêt, Fred Coussay fait appel à ces souvenirs d'enfance et aux livres d'histoire. "Je crois que c'est la vision des photos des champs de bataille, ces paysages lunaires, qui m'ont le plus interloqué quand j'étais jeune."
"Certains aiment le foot, moi c'est la Grande Guerre" conclut-il simplement.
33eme_rac2_0.jpg
© Archives Départementales de la Vienne | Le 33ème régiment d'Artillerie était installé à Poitiers
Le reportage de Tanguy Scoazec et Stéphane Bourin




Pour l'aider à réaliser et à approfondir ces recherches, Frédéric Coussay lance un appel aux habitants de la Vienne qui détiennent des documents ou des objets concernant les soldats de 14/18. Vous pouvez le contacter et bien entendu récupérer vos archives familiales après numérisation.
Pour le contacter: poitougenealogie@gmail.com ou sur Facebook.
Pour consulter le blog: "Mémoire des Poilus de la Vienne".